Archives pour la catégorie Cocktails et boissons froides

Ceci n’est pas un suicide

J’ai lu quelque part que les femmes enceintes, quel que soit le moment et l’endroit, pensent toujours à leur bébé.
Je ne suis pas enceinte.
Je suis simplement pleine de nos souvenirs. Seuls mes yeux sont encore gros de larmes réprimées.
Je suis simplement pleine de toi, qui a su me faire naître et renaître.
Nous traversons la vie comme des fantômes, jamais vraiment présents car la pensée toujours occupée par ceux qui nous ont quittés.
Nous nous heurtons aux personnes vivantes, celles qui expirent le bonheur, comme un ivrogne se heurte aux meubles de sa maison.
La démarche chancelante, marchant sur le fil fin de la vie, nous cheminons suspendus, pendus – que dis-je, perdus – entre notre heureux passé et un futur désespéré.
Environnés par une obscurité profonde, nous nous accrochons malgré tout à cette vie, qui nous semble pourtant sans intérêt depuis la perte de nos êtres chers.
Et nous conservons nos instincts de survie, comme l’instinct maternel, qui nous poussent à continuer à aller de l’avant. À poser un pas devant l’autre. Une pensée après l’autre. Malgré tout.
Équilibristes entre la vie et la mort. Équilibristes toute notre vie, de notre naissance à notre mort.
Et un jour nous nous réveillons. Thanatonautes accomplis.
Je suis certaine que vous avez déjà vécus ces moments. Où vous aviez l’impression d’enfin rentrer dans votre corps. Alors que vous pensiez ne l’avoir jamais quitté.
La différence entre vous et moi c’est que mon corps est gâché, débauché, pourri par la dépendance. Mon ancien JE est dans mon nouveau MOI et je ne l’aime pas.
Donc ceci n’est pas un suicide. C’est une renaissance. Je meurs pour mieux vivre. Car sans Toi, sans vous, sans Moi, je ne suis plus moi.
Laissez-moi partir, pour mieux revenir. Laissez-moi partir d’ici pour mieux vous revenir.  Car je ne me suis jamais réveillée.
Je sais. J’ai peur, c’est vrai. Ça me terrifie… Quitter la vie me terrifie.
Mais je n’ai pas peur de la mort. Je sais depuis la naissance que je mourrais un jour. Car c’est tout le paradoxe de la vie. Avoir des émotions, des sentiments, se sentir vivant… « Cogito ergo sum », et lorsque je ne penserai plus je ne vivrais plus. C’est entendu.
Et les questions… Qu’y a t il après la mort ? Si c’est un Paradis, qu’est-ce que le Paradis pour moi ? Est-ce que je vis chaque journée au mieux ? Suis-je sur la bonne voie ? Qu’est-ce que la bonne voie pour moi ? Tant d’incertitudes… Vivre sans savoir quand mourir. C’est comme être à un repas de famille et ne pas savoir si on aura tous assez à manger. Puis-je remplir mon assiette à ras-bord ou dois-je me priver pour que tous aient la chance de goûter à tous les plats ?
Ne riez pas.
Non, je n’ai pas peur de mourir, car c’est ma destinée. Mais j’ai peur de quitter la vie. Je ne connais que la vie. Enlevez-moi les biens matériels, enlevez-moi les vêtements que je porte, arrachez-moi à mes proches encore vivants, il me restera encore la vie. Cogito ergo sum.
J’ai peur de quitter la seule chose qui me restera si par malheur un jour je n’ai plus rien.
Mais pour retrouver mon bonheur, je préfère avoir le malheur de quitter la vie aujourd’hui.
Adieu.
Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent.
Publicités

Âme. Âme-itié. Âme-rtume.

Notre histoire a un goût d’amertume.

Voyez-vous j’aime trop. Surtout en amitié. Pour moi, l’amitié est la forme ultime du lien avec l’Autre. Rencontrer une personne, savoir dès le premier regard que vous êtes différents des autres, tisser des liens sans même avoir à parler, deviner les émotions de l’autre, le serrer dans ses bras comme on protègerait un jeune enfant, voilà le véritable Amour.

On ne choisit pas sa famille, on choisit ses amis disent-ils ? Non, on ne choisit pas ses amis, je ne suis pas d’accord. Le cœur et l’âme s’accordent en amitié ; c’est l’ultime forme d’amour, ce ne peut pas être un simple choix. C’est l’amour à l’état pur, sans conditions. Qui peut mieux parler de haine et de trahison que celui qui a été déçu par un ami ? William Blake a d’ailleurs dit « ton amitié m’a souvent fait souffrir ; sois mon ennemi, au nom de l’amitié.« 

Et toi. Oh toi. Je t’ai perdu parce que je t’ai trop aimé. Tu m’as pris pour acquise, tu as joué avec mes sentiments. Tu savais que je serais toujours là pour toi. Moi, dont l’âme ne vit que pour ses amis. Alors tu as commencé à oublier mon existence, comme une plante devant une fenêtre. Une plante dont on se souvient uniquement quand elle meurt et qu’on se rend compte qu’elle égayait vraiment la pièce.

Ah toi. Je t’ai mis sur un piédestal tellement élevé que quand je t’ai poussé à en tomber tu as entraîné une partie de moi avec toi. Oh tu ne pouvais pas le savoir, je te comprends si bien. Tu ne l’as pas fait exprès. Ce n’est pas de ta faute.

Mais sache que je ne t’en veux pas. Tu t’es protégé de ce trop-plein d’amitié (d’amour ?) comme tu l’as pu. Pardonne-moi de t’avoir aimé comme ça. Pardonne-moi de m’avoir fait perdre le meilleur ami que tu étais. Pardonne-toi de m’avoir blessée si souvent. Pardonne-toi de m’avoir laissé me faner à l’ombre de ton dédain. Pardonne-toi, Pardonne-moi.


C’est dans un sursaut d’amertume, alors que je repensais à notre amitié perdue, que je t’écris ces quelques lignes. En espérant qu’un jour la blessure que tu as faite à mon âme se refermera d’elle-même. 

★ Beautiful Blogger Awards ★

Un article spécial, pour des personnes spéciales !

Le principe est simple,  vous remerciez la personne qui vous a taguée et vous faites découvrir 7 autres blogs de votre choix et les blogueuses taguées font de même (si ça les tente!).

Merci à Issa du blog Elle Transitionne de m’avoir choisie !

Elle transitionne

Elle Transitionne c’est LE blog conseils, astuces et recettes naturelles pour gérer sa transition capillaire et ses cheveux crépus ! Issa sait comment stimuler et inspirer ses lectrices. À travers ses images et ses mots, elle nous communique sa « nappy attitude » page après page, cheveu après cheveu ! Après quelques pages, tout ce dont on a envie c’est de se couper les cheveux pour mieux recommencer. À bientôt pour mon big chop !

Merci encore de m’avoir choisie !

Et maintenant, ma sélection des « beautiful blogueuses » que je vous invite à découvrir :

Ciaafrique par Assa

Ciaafrique

Lancé en 2008 par la belle Assa, Ciaafrique s’est donné pour mission de promouvoir les designers originaires du Continent. Entre ses lookbooks, ses conseils mode et ses éditoriaux, ce blog a des allures de magazine centré uniquement sur la beauté, la haute couture et le style africains. Une inspiration au jour le jour, et une admiration sans précédent pour cette femme que je suis depuis 2011.

La devise du blog : « Africa got talent »

Créativité Bien Ordonnée par Tatou Dembélé

Tatou

Artiste peintre, photographe, illustratrice, entrepreneure, Tatou Dembélé multiplie les accomplissements. Avec ce blog, Tatou nous offre un monde aux touches aussi colorées que sa personnalité, un monde entre ordre et créativité, entre art et écriture. À savourer absolument dans une pièce aussi blanche qu’un canevas, que vous repeindrez en entrant dans son atelier bien ordonné.

La devise du blog : « Ne jamais abandonner, les bonnes choses prennent du temps. »

Expression ! par Josée Maria

Josee

Je reprendrais ses propres mots pour décrire le blog de Josée, je pense qu’ils sauront vous convaincre d’eux-mêmes : « Une Passionnée et Amoureuse des lettres je suis ! Pour moi l’écriture est bien plus qu’une simple juxtaposition de mots. L’encre des mots est à mon sens empreinte d’une symbolique et d’une profondeur qui font voyager les lecteurs… Par ces mots qui sont devenus une part de moi, j’aimerais donc partager avec vous ma passion trouvée et chérie pour l’écriture. »

La devise du blog : « À quoi servent les livres s’ils ne ramènent pas vers la vie, s’ils ne parviennent pas à nous y faire boire avec plus d’avidité ? »

Les Gourmandises de Karelle par Karelle

LGDK2

Karelle, ah Karelle… Si seulement tu n’étais qu’une bonne cuisinière derrière tes fourneaux… Mais non, il a fallu que tu crées ce blog et cette page Instagram qui me font saliver tous les matins. Entre ses photos et ses recettes, Karelle nous apprend comment faire plaisir et se faire plaisir en dégustant de magnifiques pâtisseries, des plats d’ici et d’ailleurs, des mignardises originales et j’en passe ! Comme une enchanteresse, Karelle fait de la magie dans sa cuisine et ses recettes sont un grimoire dont on dévore les pages avec avidité.

La devise du blog : « Les Gourmandises de Karelle c’est le quotidien d’une femme qui aime manger et qui aime faire à manger. »

The Mint Sorbet par Miantsa V. R.

themintsorbet

La belle Miantsa se définit elle-même comme une « unconditional beauty lover » toujours à la recherche d’inspiration ! Quand elle n’est pas dans sa cuisine à expérimenter de nouvelles recettes, elle parcourt la ville à la recherche de trésors cachés culinaires et de son prochain restaurant favori ! Véritable patchwork aux couleurs acidulées, son blog The Mint Sorbet nous invite dans son univers gourmand et au cœur de sa personnalité pétillante. Boisson suggérée : un margarita à la framboise !

La devise du blog : « Looking for the end of the rainbow »

Mylène Flicka | Osez ! par Mylène Flicka

Mylene

Mylène Flicka fait partie de cette race de gens fougueux qui, l’arme de l’écrivain au poing, crèvent les abcès et conduisent les foules. Chacune de ses publications me fait battre le cœur. Entre politique, littérature, critiques et autres, Mylène ne mâche pas ses mots et est de la génération de ceux qui changeront le Bénin, j’en suis persuadée.

Le motto du blog : « La passion en berne, je n’ai les lettres que pour être. J’écris pour ressentir, je lis pour vivre. Que dire de moins, que dire en plus si ce n’est cette certitude: Je vais faire un carnage. »

Sunshine’s Firewords par Sokhna Fatim Niang

Sunshine

Sunshine’s Firewords par Sokhna Fatim Niang c’est tout le multiculturalisme canadien allié à la téranga sénégalaise. Mais Sunshine c’est aussi et surtout de la photographie, des textes poignants, des rires, quelques larmes, des émotions vibrantes… Elle m’emporte. Son blog semble en pause mais j’espère qu’elle nous reviendra vite !

La devise du blog : « Thousands of candles can be lighted from a single candle, and the life of the candle will not be shortened. Happiness never decreases by being shared. »

« We write the words that we cannot yet speak »

Romance de jeunesse.

« – Je… Je t’appelle parce que j’ai envie de revoir ton visage. C’est tout. C’est comme les gens qui retournent dans le village où ils ont passé leur enfance ou dans la maison de leurs parents… ou vers n’importe quel endroit qui a marqué leur vie.
– C’est comme un pèlerinage quoi.
Je me rendais compte que je n’avais plus la même voix.
– Oui exactement. C’est comme un pèlerinage. A croire que ton visage est un endroit qui a marqué ma vie. » Anna Gavalda.

 

Plus jeune, je vivais à travers mes livres. Non, je vivais dans mes livres. Puis j’en ai eu assez. J’ai fermé mon bouquin, j’ai levé la tête et j’ai arrêté de voir le monde à travers des œillères. J ai commencé à vivre, à faire des rencontres, à découvrir le monde. Toute une page s’est tournée. Depuis cette rencontre. J’ai vécu l’amour à la George Sand, tous ces livres romantiques se sont matérialisés sous mes yeux le temps d’une soirée.

Et il était beau, je ne vous mentirai pas. Parfum subtil mais viril, mains de fer, sourire éclatant, brillant par l’esprit, charismatique, drôle… Mon futur époux.

Lorsqu’il s’est présenté j’étais partagée entre  « embrasse-moi » et « la combinaison de ce pull Tommy Hilfiger bleu marine qui met en valeur tes magnifiques yeux gris et de ta plastique de rêve me met en émoi. Tu es comme un McFlurry après une longue journée embrasée, je n’attendais que toi pour me sentir enfin revivre. » Heureusement, je n’ai rien pu dire à part mon prénom mais je l’ai pensé très fort, moi, pauvre adolescente victime d’un coup de foudre dévastateur.

Et je me suis ridiculisée toute la soirée en essayant de jouer la jeune fille indifférente-serviable-souriante-intelligente-parfaite… Allez, on rentre le ventre ! On gonfle la poitrine ! On force le tout pour avoir une cambrure à la Beyoncé; le tout avec une pointe d’humilité et une culture digne d’une encyclopédie Larousse vulgarisée. R-I-D-I-C-U-L-E. Plus ridicule qu’on ne le pense lorsqu’on apprend que les cinq filles de la soirées jouaient à ce même jeu de rôle.

« We don’t pick who we fall in love with and it never happens like it should« , m’a-t-on dit par la suite. C’était ça. Tout ce blabla émotionnel qui t’évite de te sentir trop pathétique sur le moment.

J’ironise. Mais il était charmant et il en valait la peine à ce moment-là. Il le savait. Il en a profité. Les gens beaux attirent sympathie et confiance, il est impossible pour la conscience populaire qu’ils soient mauvais. Et pourtant…

Trahison. Trahison parfaite. Trahison amoureuse digne d’une tragédie grecque ! Tu nous as toutes embobinées, toutes embrassées. La même soirée. Nous étions des bobines de fil, tu étais un chat sournois au pelage gris.

Pourquoi m’as-tu fait ça ? Nous aurions pu vivre heureux, profiter de ces belles années d’université à deux, et de belles balades romantiques au Vieux-Port de Montréal. Nous serions allés en vacances à Cancun où tu m’aurais demandée en mariage devant un magnifique soleil couchant. Nous nous serions mariés au Canada, nos deux familles réunies à jamais, nous aurions eu des jumelles et un garçon… aux yeux gris. Pourquoi nous as-tu fait ça ? Pourquoi as-tu préféré renoncer à la passion plutôt que d’y succomber ?

Et ton visage a marqué ma vie.  Tu m’as donné l’envie de découvrir le monde par moi-même, d’oublier un instant les histoires d’amour romanesques. Tu m’as donné l’envie de vivre par moi-même et pour moi-même. Au diable la passion de l’Autre ! Je ne suis qu’Amour de moi ! Aimez-moi, je ne m’en aimerai que mieux !

Je t’ai longtemps haï mais finalement, je te remercie d’avoir traversé ma vie, juste le temps d’un baiser.

Et quand je me relis, je me dis que j’ai quand même de la chance: j’ai connu l’amour à travers le regard et les lèvres d’un bellâtre aux reflets gris… Dramatiquement romantique et intensément psychotique… Tout ce que j’aime.

 

Je ne t’oublierai jamais… Même si, désormais, je viserai les hommes avec le charisme d’un bâton de céleri. C’est bien plus prudent.

Quand la guerre devient le nerf de l’éducation.

C’est un besoin de solitude inassouvi. Le besoin d’être seul avec soi-même mais au milieu de la foule. Parce que le bruit de la foule affaiblit le bruit de tes pensées et parce que le réconfort vient de ceux qui nous entourent.

Et dans ma solitude foulée aux pieds par ces passants, au lieu de ces pas rassurants, tout ce que j’entends c’est le tir incessant et insoutenable des roquettes et des kalachnikovs. Puis parfois un bruit sourd, une balle dans une tête peut-être ?

Les récentes fusillades en Ontario ont fait ressurgir des souvenirs et des automatismes que je pensais oubliés. J’ai réalisé le clivage entre les gens d’ici et nous autres, de là-bas. Nous qui avons vécu au sein de tant d’horreurs que celles-ci sont devenues notre normalité. Nous qui avons fait notre éducation en voyant et en vivant la violence.

La notion de flux migratoires apprise en cours de géographie je l’ai apprise en observant des familles passer devant chez moi pour rejoindre la forêt protectrice avec des charrettes transportant leurs vivres et le peu d’objets constituant leur trousseau.

Mes cours d’histoire (les vrais, pas ceux qui me contaient que mes ancêtres étaient gaulois) viennent de ce vécu. L’histoire du Liberia, de la Sierra Leone, de la RDC et de la Centrafrique, je l’ai apprise grâce aux mercenaires… en devenant amie avec l’un d’eux, repenti et rongé par son passé corrompu.

J’ai appris le sport en jouant au « plaquage au sol », les langues en imaginant ces viles personnes se servir de mon corps d’enfant, l’anatomie en voyant les organes de cet homme sortir un par un suite aux coups de feu de ce monstre et les arts en coloriant ces pages noires de mon (de notre) existence.

J’ai fait mon éducation en vivant cette vie.

Et la société actuelle a tendance à oublier que la vie est loin de se résumer aux réseaux sociaux. Vivez un coup d’état ou deux et vous comprendrez que partager un hashtag #FreeGaza ou autres n’a que peu de chance d’aboutir à une aide concrète. Donner de son temps et/ou de son argent est le moyen le plus sûr de faire la différence. Seuls derrière nos ordinateurs, nous sommes impuissants. Viser le concret, le groupe, l’unification, le concept de l’Ubuntu, voilà les axes qui permettront l’évolution ou, tout du moins, la réparation des erreurs d’aujourd’hui.

Que mes enfants ne voient pas les guerres et la violence comme étant la normalité, un objectif de vie. Une utopie ? Peut-être. Mais « une utopie est une réalité en puissance ».

« Tant qu’il y aura des guerres, le mot « évolution » n’existera pas. L’Homme se trouve toujours dans la préhistoire. »
Dimitri Vallat

Un rayon de soleil rouge.

Une magnifique coucher de soleil, la terrasse de la pâtisserie Duc de Lorraine, un éclair au chocolat, une tasse de thé, une inspiration, un accident de voiture.

« Un petit rien, impalpable comme un souffle, la mort vient et c’est la fin »
Agatha Christie

« Quand je t’ai vu ce soir-là, quand tu m’as dit au revoir en m’embrassant tendrement sur le front, quand tu m’as caressé de tes doigts fins, j’ignorais que ce serait la dernière fois.
Quand j’ai fermé les yeux ce soir-là, quand je me suis remémoré tous ces souvenirs, tous ces moments que l’on a passés tous les deux, j’espérais que ce ne soit pas la dernière fois.

Pour la première fois, j’ai lu la peur et la détresse dans tes yeux. Pour la première fois, j’ai dû sécher tes larmes.
Quand j’ai ouvert les yeux ce soir-là, quand j’ai senti tes cheveux sur mon torse mouillé, quand j’ai vu tes lèvres crier mon nom, j’ai su que c’était la fin. Et je priais, oh oui je priais, et pour la première fois de ma vie j’implorais Dieu d’imprimer à jamais ton image dans mon cœur. J’espérais que tu puisses un jour m’oublier. J’espérais qu’un jour peut-être tu oublierais ce soir où, allongé sur le bitume, je me vidais de mon sang.

Si seulement je pouvais encore te dire « je t’aime », si seulement je pouvais te dire de ne pas t’inquiéter, que je t’attendrais dans un lieu où le temps et l‘espace sont infinis. Mais mes membres sont engourdis et ma bouche, que tu aimais tant, ne laisse échapper qu’un gargouillis de sang inaudible.

Ne t’inquiète pas, je n’ai plus mal. Mais chacune des larmes que tu verses me transperce le cœur. Pourtant elles sont si belles : les sirènes des ambulances leur donnent de magnifiques reflets bleus et rouges. Ne pleure pas s’il te plaît, pense à ce que tu me répétais souvent : toute fin marque un nouveau commencement.

Je veux que tu penses que je vais m’endormir, je vais fermer lentement les yeux et je vais m’endormir doucement, comme hier soir après l’amour. Ce sera juste la dernière fois.

… »

Sur-vie.

Nous avons tous un rôle à jouer. Nous sommes nés, nous avons conscience de notre existence, nous avons conscience que notre temps est limité. J’estime que le but de toute vie est l’évolution, l’amélioration du système par l’entité infinitésimale que nous sommes.

Pendant plusieurs années je n’ai fait que vivre et survivre, impersonnelle, faible et basse au point de me laisser aller dans la stabilité, qui n’est que de la médiocrité déguisée.

En Centrafrique, j’ai entendu la phrase « Il est mort mais c’est pas grave, il n’était pas bon, il n’a jamais rien fait, c’est clair qu’il attendait la mort. »

Depuis, je me réinvente chaque jour. Je sur-vis.

Sur-vivre. Voilà le but de tout être. Savoir se dépasser, se réinventer, sortir de l’ordinaire, laisser une trace, même minime.

J’ai choisi de sur-vivre du mieux que je peux. Je pense être sur la bonne voie. J’espère. Et je dois mon évolution aux personnes qui m’entourent. J’estime que chaque rencontre est une expérience unique et un don inestimable. J’ai bien plus appris en rencontrant des personnes de différents horizons qu’en lisant des romans dans mon salon. Je ne vous remercierai jamais assez.

Et si il arrive que l’on ne puisse pas atteindre ses objectifs de la manière dont on a rêvé, cela ne signifie pas qu’il faut tout abandonner. Il suffit simplement de changer de route. La persévérance est mère de toute chose.

C’est facile à dire, je sais, j’ai souri en écrivant.

Ceux qui connaissent mon ego surdimensionné seront étonnés par cette phrase mais: sachez demander de l’aide. Ça ne coûte rien. Et attention, le fossé est grand entre un conseiller ou un mentor et un marionnettiste. Ne laissez jamais qui que ce soit prendre des décisions à votre place. On n’a qu’une seule vie, autant vivre la sienne :

« Tu es le maître de ton destin, et le capitaine de ton âme ! »

En bref, vivez et sur-vivez, voyez plus grand, plus haut, plus loin, oubliez le statu quo, innovez… Et ce ne sont que mes mots. Quels seront les vôtres ?