Quand la guerre devient le nerf de l’éducation.

C’est un besoin de solitude inassouvi. Le besoin d’être seul avec soi-même mais au milieu de la foule. Parce que le bruit de la foule affaiblit le bruit de tes pensées et parce que le réconfort vient de ceux qui nous entourent.

Et dans ma solitude foulée aux pieds par ces passants, au lieu de ces pas rassurants, tout ce que j’entends c’est le tir incessant et insoutenable des roquettes et des kalachnikovs. Puis parfois un bruit sourd, une balle dans une tête peut-être ?

Les récentes fusillades en Ontario ont fait ressurgir des souvenirs et des automatismes que je pensais oubliés. J’ai réalisé le clivage entre les gens d’ici et nous autres, de là-bas. Nous qui avons vécu au sein de tant d’horreurs que celles-ci sont devenues notre normalité. Nous qui avons fait notre éducation en voyant et en vivant la violence.

La notion de flux migratoires apprise en cours de géographie je l’ai apprise en observant des familles passer devant chez moi pour rejoindre la forêt protectrice avec des charrettes transportant leurs vivres et le peu d’objets constituant leur trousseau.

Mes cours d’histoire (les vrais, pas ceux qui me contaient que mes ancêtres étaient gaulois) viennent de ce vécu. L’histoire du Liberia, de la Sierra Leone, de la RDC et de la Centrafrique, je l’ai apprise grâce aux mercenaires… en devenant amie avec l’un d’eux, repenti et rongé par son passé corrompu.

J’ai appris le sport en jouant au « plaquage au sol », les langues en imaginant ces viles personnes se servir de mon corps d’enfant, l’anatomie en voyant les organes de cet homme sortir un par un suite aux coups de feu de ce monstre et les arts en coloriant ces pages noires de mon (de notre) existence.

J’ai fait mon éducation en vivant cette vie.

Et la société actuelle a tendance à oublier que la vie est loin de se résumer aux réseaux sociaux. Vivez un coup d’état ou deux et vous comprendrez que partager un hashtag #FreeGaza ou autres n’a que peu de chance d’aboutir à une aide concrète. Donner de son temps et/ou de son argent est le moyen le plus sûr de faire la différence. Seuls derrière nos ordinateurs, nous sommes impuissants. Viser le concret, le groupe, l’unification, le concept de l’Ubuntu, voilà les axes qui permettront l’évolution ou, tout du moins, la réparation des erreurs d’aujourd’hui.

Que mes enfants ne voient pas les guerres et la violence comme étant la normalité, un objectif de vie. Une utopie ? Peut-être. Mais « une utopie est une réalité en puissance ».

« Tant qu’il y aura des guerres, le mot « évolution » n’existera pas. L’Homme se trouve toujours dans la préhistoire. »
Dimitri Vallat

Publicités

3 réflexions sur “ Quand la guerre devient le nerf de l’éducation. ”

  1. Des mots forts et si bien choisis pour nous parler, de ton expérience. Malgré la colère et le désarroi qu’on sent derrière chacune de tes phrases, une certaine beauté s’en dégage.
    Merci à toi, de nous remettre les pieds sur Terre.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s