Archives du mot-clé art

★ Beautiful Blogger Awards ★

Un article spécial, pour des personnes spéciales !

Le principe est simple,  vous remerciez la personne qui vous a taguée et vous faites découvrir 7 autres blogs de votre choix et les blogueuses taguées font de même (si ça les tente!).

Merci à Issa du blog Elle Transitionne de m’avoir choisie !

Elle transitionne

Elle Transitionne c’est LE blog conseils, astuces et recettes naturelles pour gérer sa transition capillaire et ses cheveux crépus ! Issa sait comment stimuler et inspirer ses lectrices. À travers ses images et ses mots, elle nous communique sa « nappy attitude » page après page, cheveu après cheveu ! Après quelques pages, tout ce dont on a envie c’est de se couper les cheveux pour mieux recommencer. À bientôt pour mon big chop !

Merci encore de m’avoir choisie !

Et maintenant, ma sélection des « beautiful blogueuses » que je vous invite à découvrir :

Ciaafrique par Assa

Ciaafrique

Lancé en 2008 par la belle Assa, Ciaafrique s’est donné pour mission de promouvoir les designers originaires du Continent. Entre ses lookbooks, ses conseils mode et ses éditoriaux, ce blog a des allures de magazine centré uniquement sur la beauté, la haute couture et le style africains. Une inspiration au jour le jour, et une admiration sans précédent pour cette femme que je suis depuis 2011.

La devise du blog : « Africa got talent »

Créativité Bien Ordonnée par Tatou Dembélé

Tatou

Artiste peintre, photographe, illustratrice, entrepreneure, Tatou Dembélé multiplie les accomplissements. Avec ce blog, Tatou nous offre un monde aux touches aussi colorées que sa personnalité, un monde entre ordre et créativité, entre art et écriture. À savourer absolument dans une pièce aussi blanche qu’un canevas, que vous repeindrez en entrant dans son atelier bien ordonné.

La devise du blog : « Ne jamais abandonner, les bonnes choses prennent du temps. »

Expression ! par Josée Maria

Josee

Je reprendrais ses propres mots pour décrire le blog de Josée, je pense qu’ils sauront vous convaincre d’eux-mêmes : « Une Passionnée et Amoureuse des lettres je suis ! Pour moi l’écriture est bien plus qu’une simple juxtaposition de mots. L’encre des mots est à mon sens empreinte d’une symbolique et d’une profondeur qui font voyager les lecteurs… Par ces mots qui sont devenus une part de moi, j’aimerais donc partager avec vous ma passion trouvée et chérie pour l’écriture. »

La devise du blog : « À quoi servent les livres s’ils ne ramènent pas vers la vie, s’ils ne parviennent pas à nous y faire boire avec plus d’avidité ? »

Les Gourmandises de Karelle par Karelle

LGDK2

Karelle, ah Karelle… Si seulement tu n’étais qu’une bonne cuisinière derrière tes fourneaux… Mais non, il a fallu que tu crées ce blog et cette page Instagram qui me font saliver tous les matins. Entre ses photos et ses recettes, Karelle nous apprend comment faire plaisir et se faire plaisir en dégustant de magnifiques pâtisseries, des plats d’ici et d’ailleurs, des mignardises originales et j’en passe ! Comme une enchanteresse, Karelle fait de la magie dans sa cuisine et ses recettes sont un grimoire dont on dévore les pages avec avidité.

La devise du blog : « Les Gourmandises de Karelle c’est le quotidien d’une femme qui aime manger et qui aime faire à manger. »

The Mint Sorbet par Miantsa V. R.

themintsorbet

La belle Miantsa se définit elle-même comme une « unconditional beauty lover » toujours à la recherche d’inspiration ! Quand elle n’est pas dans sa cuisine à expérimenter de nouvelles recettes, elle parcourt la ville à la recherche de trésors cachés culinaires et de son prochain restaurant favori ! Véritable patchwork aux couleurs acidulées, son blog The Mint Sorbet nous invite dans son univers gourmand et au cœur de sa personnalité pétillante. Boisson suggérée : un margarita à la framboise !

La devise du blog : « Looking for the end of the rainbow »

Mylène Flicka | Osez ! par Mylène Flicka

Mylene

Mylène Flicka fait partie de cette race de gens fougueux qui, l’arme de l’écrivain au poing, crèvent les abcès et conduisent les foules. Chacune de ses publications me fait battre le cœur. Entre politique, littérature, critiques et autres, Mylène ne mâche pas ses mots et est de la génération de ceux qui changeront le Bénin, j’en suis persuadée.

Le motto du blog : « La passion en berne, je n’ai les lettres que pour être. J’écris pour ressentir, je lis pour vivre. Que dire de moins, que dire en plus si ce n’est cette certitude: Je vais faire un carnage. »

Sunshine’s Firewords par Sokhna Fatim Niang

Sunshine

Sunshine’s Firewords par Sokhna Fatim Niang c’est tout le multiculturalisme canadien allié à la téranga sénégalaise. Mais Sunshine c’est aussi et surtout de la photographie, des textes poignants, des rires, quelques larmes, des émotions vibrantes… Elle m’emporte. Son blog semble en pause mais j’espère qu’elle nous reviendra vite !

La devise du blog : « Thousands of candles can be lighted from a single candle, and the life of the candle will not be shortened. Happiness never decreases by being shared. »

« We write the words that we cannot yet speak »

Publicités

Elle.

« Mon histoire n’est pas de ces histoires passionnantes ou tristes dont on ne se souvient plus après avoir tourné la dernière page du livre. Mon histoire est une larme et un cri du cœur, mon histoire est un petit bout de vie, un début et une suite. Mon histoire a été, est et sera. Écoutez mon histoire, vous comprendrez. »

Elle m’a dit qu’il était beau son écureuil couleur noisette. Il grignotait ses petites noix rapidement, seul élément mobile de ce temps figé.
Elle m’a dit les grandes fleurs jaunes, blanches et roses du parterre. Elle leur a inventé des vies. Des histoires qui commençait par « Il était une fois une fleur aux pétales différents de ses sœurs… ».
Elle m’a aussi dit les grands arbres du parc Laurier, avec leurs magnifiques feuilles vertes et brillantes. Les grands lampadaires lui rappelaient l’Angleterre.
Elle m’a raconté ce magnifique Matisse qui lui a réchauffé le cœur tandis qu’elle était allongée dans l’herbe fraîche.

Puis elle m’a dit la brûlure de leurs mains sur sa peau tandis qu’elle se débattait.

Elle m’a raconté leurs rires, l’odeur de leurs joints et de la sueur sur les vêtements qui lui restaient.

Ils lui ont fait très mal. Elle a vécu tant de guerres, tant de rébellions là-bas, qu’elle pensait que l’occident l’avait sauvée. Elle a ri, puis pleuré, puis ri à nouveau. Elle m’a dit sa douleur plus jamais éteinte.

Elle m’a raconté le cri d’un passant, le temps qui s’accélérait, sa fuite éperdue mais vers où ? et pourquoi ?

Elle m’a alors dit la beauté des choses qui les entouraient, ce tableau vivant et immobile pourtant. Elle m’a raconté l’Immortalité de ces choses, leur immuabilité, le fait que la vie continuait autour de ces trois hommes euphoriques et de cette femme blessée. Et elle m’a dit qu’on a deux vies, et que la deuxième commence quand on se rend compte qu’on en a qu’une.

Elle m’a raconté sa peine sur la terrasse du Café du Nouveau Monde, une larme encore accrochée à sa tasse d’Arabica.

House Of Jazz

Certaines personnes ont ce je-ne-sais-quoi qui nous prouve qu’ils sont exactement ce qu’ils doivent être, qu’ils ont trouvé l’endroit au bout du chemin tracé pour eux. Leurs âmes en sont magnifiées, et laissent une empreinte sur tous ceux qui les entourent. Merci d’être toujours là.

 

Jeudi, 17h45, métro Sauvé, Montréal.

Il est là. Comme toujours. Je me demande à quelle heure il commence, et à quelle heure il finit. Il ne devrait jamais s’arrêter.

Son éternel béret noir dodeline en cadence, ses longs doigts lourds et charnus glissent rapidement sur les fils de sa guitare. On en verrait presque les notes de sa musique jazzy prendre vie. Une à une, elles forment comme une auréole rassurante autour de lui, autour de nous.

Chacun de ses accords résonne dans toute la station, au rythme des pas de la foule. Mon âme et mon corps sont pleins de sa musique. Il nous a ouvert la porte de sa vie, rien qu’avec une guitare.

Et, pendant qu’une confusion d’émotions nous traverse de part en part, lui n’est que calme, sourire et passion, assis au pied de ce mur gris. Intemporel, c’est le mot. Il est comme une pause et une continuité au milieu de la foule et du temps qui passe, il est intemporel.

 

Il est 18h40, il joue encore. Je ne le vois plus. Mais depuis mon appartement j’entends encore sa mélodie, gravée dans mon âme.